Je participe
Dernière édition
Archives
Abonnement
Cotisation
Agenda

Vous organisez une activité publique à Bousval? Faites-le nous savoir.
Nous la publierons dans l'agenda du site.


Dimanche 27/08 au dimanche 10/09
Exposition "Environnement et histoire"

Dimanche 10/09
Journées du patrimoine

Dimanche 10/09
Dimanche ludique

Dimanche 17/09
Table de jardinage

Mercredi 20/09
Collecte de sang

Dimanche 24/09
Dîner du Comité Tour Saint-Barthélemy

Dimanche 01/10 ou 08/10
Promenade champignons

Vendredi 06/10
Corrida

Dimanche 08/10
Dimanche ludique

Dimanche 15/10
Table de jardinage

Samedi 21/10 et dimanche 22/10
Arrachage des betteraves

Dimanche 29/10
Echange et don de plantes

Pour les activités déjà prévues les mois suivants, voir éventuellement sous l'onglet "Agenda" en page d'accueil
Raccourcis
Try-au-Chêne 1608-2008
  • Page principale
  • Concours photo
  •  


    L'hospice | Eglise & chapelles | Les cimetières | Le calvaire | Le chemin de Compostelle | La tombe

    mérovingienne
    | Les tombelles | Le tour St. Barthélemy | La procession de Pentecôte |

    La messe au Try au Chêne | Le pèlerinage de la Motte


    Carte de localisation des chapelles

    L’église Saint Barthélemy Voir également les photos

    Une liste exhaustive du patrimoine de l'église est donnée par l'Institut Royal du Patrimoine Artistique (IRPA).

    Une chapelle aurait existé à cet endroit entre 1100-1199. La première église remonte à la fin du XVe siècle et la pierre tombale de l'un des premiers curés, Hubert Damien (+ 1554), se trouve dans l'entrée.
    L'église fut conférée à Jean Caroli le 26 septembre 1589 puis à Thierry Lejeune le 28 mai 1607.
    Bases et rez-de-chaussée sont en moellons de grès.
    Le portail en pierre bleue de style Louis XIV date de la première restauration 1734-1738. Il est surmonté par les armoiries des Vander Stegen (1738).

    L'église fut reconstruite en 1857 sous la supervision de l’architecte provincial E. Coulon (source « Les fonds baptismaux », 1555, page 15). Seule, la tour carrée du premier édifice fut conservée. Les dix verrières de la nef étaient formées de simples panneaux de verre martelé de teinte jaune fixés sur des chassis en acier.
    La consécration eut lieu le 28 juin 1761 par Monseigneur De Berlo, évêque de Namur.

    Le clocher quadrangulaire est une construction de briques sur un soubassement ancien de la première moitié du XIIe siècle.
    Le côté qui donne sur la place communale montre encore les restes d'un cadran d'horloge en fer forgé. Le mécanisme d'horloge, datant d'environ 1740, avec remontée manuelle des poids, est encore présent dans la tour.
    En mai 2016, un nouveau cadran avec éclairage LED et mécanisme électronique moderne a été installé sur la face ouest du clocher à l'aplomb du porche d'entrée de l'église. Voir l'album photo de son inauguration le 26 août 2016.

    Après la reconstruction de l'église en 1857, il y avait deux cloches dans le clocher. L'une d'elles, baptisée Livine, fut mise en place en 1837. La plus grosse cloche fut confisquée par l'armée allemande en 1916 et ne fut pas remplacée après la première guerre.
    Une deuxième cloche, appelée Caroline, a été finalement ajoutée et baptisée le 28 août 1988, fête de Saint Barthélemy.

    Deux grands vitraux de style néogothique dans le chœur représentent, à gauche Sainte Lydie (martyre en Illyrie-Croatie au IVe siècle) en mémoire de la comtesse Lydie de Bylandt (dont la mère était née Vander Stegen), et à droite Sainte Julienne du Mont Cornillon (religieuse augustine belge de Retinnes-Liège au XIIIe siècle). Ces vitraux très colorés ont été offerts par Marie Philippine Vander Stegen (1848-1925), mère de Lydia Carnes dont la stèle funéraire est adossée au mur extérieur nord de l'église.

    En août 2016, les dix verrières de la nef ont été remplacées par des œuvres modernes réalisées en double vitrage sur base des pastels de Mme Nicole Verhaegen de Naeyer et de Mme Yvonne Cattier.
    Le remplacement des anciennes verrières par les nouvelles est illustré ici.

    Au XIXe siècle, on accrochait un drapeau noir au clocher de l’église pour signaler aux étrangers une épidémie déclarée dans le village ou un drapeau rouge pour signaler que les barrières de dégel, installées sur la grand route, étaient fermées.

    A l’extérieur de l'église, sur le côté gauche, on trouve l'entrée du caveau de la famille Vander Stegen de Putte et de Bousval. La stèle en marbre blanc fixée au mur rappelle Lydia Carnes, comtesse de Bylandt. Du côté de la place communale, apposée au mur de l'église, la pierre tombale des frères Leroy.

    Dans le collatéral gauche au sol, la pierre tombale du capitaine Thierry Lejeune avec sa femme et sa fille.

    A l’intérieur, le mobilier en chêne date du XVIIIe siècle. Les deux confessionnaux au fond des nefs latérales gauche et droite sont en chêne de style Louis XV datant du XVIIIe siècle. Décor de rocailles sur les pilastres et au dessus de la porte. Triple fronton Louis XVI avec grand médaillon orné de palmes croisées et de volutes. Ces confessionnaux proviennent de l'église de Marbais et ont été rachetés en 1896 par le curé Gevenois.

    Plus de détails.

    Photo à faire

    Les deux confessionnaux proches du chœur dans les nefs latérales gauche et droite sont de style Louis XVI et datent de 1760 environ. Les médaillons des portes sont d'inspiration Louis XV. Imposants entablements supportés par des colonnes corinthiennes de style Louis XV datant du XVIIIe siècle. Ces deux confessionnaux proviennent de l'église de Plancenoit et ont été vendus en 1862 pour l'église de Bousval.

    Plus de détails.

    Plusieurs statues de valeur ornent les nefs et le chœur.

    Statue de Saint Roch
    Statue de Saint Hubert
    Statue de Saint Nicolas sur l'autel dans la nef droite (Détail)
    Statue de la Vierge sur l'autel de la nef gauche
    Dans le chœur, Notre Dame de Hal (dite Notre Dame du Try au Chêne).
    Cette statue, en bois de tilleul, est de facture "poupée malinoise". Elle a été restaurée dans les laboratoires de l'Institut Royal du Patrimoine artistique (IRPA).

    La chaire de vérité en style néo-baroque est une oeuvre du sculpteur François Jacob (Louvain) datant de 1865.

    Au dessus des colonnes de la nef, on aperçoit encore ce qui reste des peintures néogothiques sur les arches. C'est tout ce qui a été sauvé lors de travaux de rafraichissement du début des années 1980.

    Les fonts baptismaux en pierre bleue datent de 1555.
    Les orgues en chêne verni sont l'œuvre de Louis et Florian Gheude, facteurs à Nivelles (1852-1853). De grande valeur artistique, elles ont été restaurées en 1990 grâce à une souscription et au mécénat.


    Dans le chœur, sur la paroi gauche, le mausolée en marbre de la famille Vander Stegen au dessus de leur chapelle privée (détail). Sur la paroi droite du chœur, plusieurs obiits (armoiries funéraires) des membres de la même famille.

    Dans la nef (parfois dans le porche d'entrée) est exposé le char de Saint Barthélemy surmonté d'une statue du saint (1590-1599) en bois sculpté et polychromé. Depuis 1696, il effectue une procession par les rues et chemins de Bousval le dernier dimanche du mois d’août pour célébrer le saint patron des maréchaux-ferrants. Jadis, seuls les chevaux de la ferme de la Baillerie pouvaient tirer ce char.

    Le chœur de l'église abrite la statue de Notre Dame du Try-au-Chêne (voir ci-dessus). Au dessus du maître-autel, une statue de Saint-Barthélemy (1700-1710) en bois sculpté et doré. Il porte à l'arrière la devise des Cupis de Camargo "Mansuetudine et justitia".

    Références:
    - "Art funéraire et épitaphier de l'église Saint-Barthélemy à Bousval" par R. Lecat, Cercle d'histoire et d'archéologie du pays de Genappe, Repertoire n° 7, 2014.
    - Jean Mévisse, CHIREL, fascicule n° 27, 1993.
    - Journées du patrimoine, 10 et 11 septembre 2016.
    - D. Coekelberghs, "Répertoire photographique du mobilier des sanctuaires de Belgique. Province de Brabant - Canton de Nivelles, Bruxelles 1912" dans Catalogue de l'exposition "Trésors d'églises et documents historiques" Bousval, 1989.

    La chapelle de Noirhat Voir également les photos

    Aménagée par la famille De Broux en 1928, dans l'ancienne grange de la ferme de Bégipont. Les propriétaires en firent don à l'archevêché de Malines en 1938.
    Cette chapelle est dédiée à Notre Dame Médiatrice.

    Elle renferme la statue de Notre Dame de La Motte. Cette statue, ainsi que le porche d'entrée et la pierre tombale de Pierre Rousseau proviennent de l'ancienne chapelle du château de la Motte.

    La chapelle de Noirhat devrait abriter aussi une Sedes Sapientiae du XIIIe siècle, répertoriée au patrimoine national par l'IRPA (Institut Royal du Patrimoine Artistique).

    Cette statue se trouve actuellement dans un domicile privé du Sclage.

    La chapelle Arichot Voir également les photos

    Cette chapelle avait été construite vers 1750 par les comtes Van der Stegen à la suite d’un voeu en l’honneur de Notre-Dame de Hal.

    Elle fut plus belle et plus grande que la chapelle du Try au Chêne .
    De chaque côté de l’autel, donnant dans la sacristie, se dressaient des portes de chêne de style Louis XV. Que sont-elles devenues ?

    La chapelle fut aménagée en habitation en 198X. Le bâtiment est maintenant totalement dénaturé.

    La statue de la Vierge qui ornait l'autel a été confiée au curé de Bousval, Freddy Baillien. Celui-ci l'a placée dans le porche de l'église de Court-Saint-Etienne lorsqu'il est devenu doyen de Court en 1976.
    La Vierge de la Chapelle Arichot était invoquée par les Bousvaliens sous le vocable de Notre Dame des fièvres.

    L'édifice abritait également une statue de Saint Roch dont on a perdu la trace.

    La chapelle Dagneau

    Petite chapelle très massive du 17e ou 18e siècle.
    Elle est située à proximité de l'ancien cabaret « le Dagna » ou Point d’eau .

    La niche renferme un christ et 2 statuettes (de la Vierge et de Saint Roch) en faïence de vieux Bruxelles.

    La chapelle Notre Dame d’Alsemberg (dite "du Censier Gilbert")

    Niche pédiculée en pierre bleue érigée en 1790 par le locataire de la ferme de la Baillerie, le censier Glibert en reconnaissance à Thiery le Jeune.

    On peut lire sur le socle: " NOTRE DAME D'AUSEMBERGE, P P N I GLIBERT CENSIER DE LA BAILLERIE ET ELISABETH VAN HEMELRIJCK SON EPOUSE, 1790".

    La niche a été volée au début des années 2000. Il n'en reste que le soubassement.

    La chapelle Saint-Donat

    L'ancienne chapelle de Saint Donat, présente sur la carte Ferraris de 1771, était construite à côté de l'ancienne Ferme Bouffioux.

    Celles-ci furent rasées lors de la construction de la RN25 en 1985.
    La chapelle actuelle, située au point culminant de la commune (136 m), fut reconstruite en 1990 à une centaine de mètres de là.

    On dit que Saint-Donat coupe les orages en deux, protégeant ainsi le village et le Blanc Champ (lieu-dit voisin), de la foudre qui pourrait mettre le feu aux pailles.
    Le Blanc Champ doit son nom à la culture d’orge (pour les brasseries ?).

    En 1993, une nouvelle statue du Saint a été achetée par la Fabrique d'église suite à une collecte effectuée auprès des paroissiens.
    Cette chapelle constitue le troisième arrêt du Tour Saint Barthélemy le dernier dimanche d'août.

    La chapelle du Try au Chêne (Voir également les photos)

    Cette chapelle robuste en briques fût érigée en 1608 par le Capitaine Thierry le Jeune, seigneur de la Baillerie .

    La façade comporte un cartouche à sa mémoire. A lire, à droite de la porte, sur le mur, une inscription en vieux français : « Cette chapelle est dressée et fondée des moyens du capitaine Thiry Lejeune, seigneur de la Baillerie, lequel par invocation de Notre-Dame de Hault étant échappé plusieurs périls de la mort en la guerre l’espace de 30 ans de vœux et piété lui dédie et consacre la présente, 1608 ».

    Au-dessus de la porte, deux petites niches avec figures rustiques de la Vierge et d’un chevalier, peut-être le fondateur dont le blason timbre l’archivolte du portail.

    A l'intérieur se trouvait un autel baroque de 1746, qui, endommagé, a été retiré pour laisser place à l'autel d'origine. Celui-ci est composé d'une pierre bleue posée sur un socle. La statue de Notre Dame de Hal, invoquée à Bousval sous le vocable de Notre Dame du Try-au-Chêne, est conservée dans l'église paroissiale de Bousval.

    Chaque année, le lundi de Pentecôte, une procession emmène la statue de la Vierge dans sa chapelle d'origine où un office y est célébré. (Source : patrimoine monumental du BW)

    La cloche d'origine de la chapelle a été confiée à l'époque (1914-1918) par le curé de Bousval (Albert Gevenois) à Maurice Delhaize, propriétaire du château de Bousval. Cette cloche n'a pas été restituée à la chapelle et se trouve toujours au château.
    Le lundi de Pâques 2011 a eu lieu l'inauguration de la nouvelle cloche "Marianne" provenant de l'ancien couvent du Berlaymont. Elle fut obtenue par l'abbé Freddy Baillien, curé de Bousval de 1969 à 1976 et mise en place par Mr Valmy Antoine.

    La chapelle de la Sainte Vierge

    En cours de rédaction

    La chapelle Denis

    Chapelle située rue Bois des Conins, dans le mur de la maison Denis, ancien régisseur du château de Pallandt.

    La chapelle de Renoussart

    Située en bordure du Bois de la Tassenière, à proximité de l’angle formé par les chemins venant du Try au chêne et de la Taille Haquin, la chapelle de Renoussart fût érigée en mémoire des frères Leroy morts étrangement les 7, 14 et 21 juin 1777.

    Elle s'est dégradée au fil du temps et les pierres furent probablement éparpillées dans le bois.
    Le fronton de la chapelle se trouverait actuellement dans la chapelle du château de Bousval.

    La chapelle des 4 chemins

    Dédiée à Notre Dame de Hal, elle possède un magnifique grillage millésimé datant du XVIIIème siècle. Elle fût reconstruite un peu après l'an 2000.

    La chapelle du Calvaire

    Erigé en 1843, le Calvaire a été déplacé suite aux travaux de la RN25.
    Il fut reconstruit non loin de son emplacement initial, à côté de l'ancienne ferme Feytens.
    Le chronogramme indique « O croix unique consolation des malheureux ».

    Lors de la reconstruction de la chapelle, le Christ a été restauré par les époux L. Hoyaux.
    En 2002, l'intérieur de la chapelle a été repeint par le Comité Saint Barthélemy.

    Il constitue le cinquième arrêt du Tour Saint Barthélemy.
    Il est également le point de départ du Chemin de la Croix aux chandelles emprunté le soir du Vendredi Saint.

    La chapelle du Censier Glibert

    Voir chapelle N D d'Alsemberg

    La chapelle du Sauveur

    Située sur l’ancien chemin n°7, reliant la seigneurie de la Motte à celle de Bégipont (Noirhat).
    Cette chapelle en petit granit est dédiée au Sauveur et daterait du XVIIIème.

    Sa surface se débite en écailles de plusieurs millimètres d’épaisseur.
    Lisible en 1937, le texte « Je vous aime mon dieu et mon sauveur qui avez racheté le monde par votre croix » a progressivement disparu dans les années 50 pour devenir illisible en 1986 lors d’une évaluation du traitement de conservation réalisé par l’Institut Royal du patrimoine Artistique.

    Cette chapelle faisait partie du Tour de Notre Dame de La Motte.

    La chapelle d’Hoogvorst

    Cette chapelle a été bâtie en 1920 en reconnaissance à la Vierge Marie.
    Sous le lierre, se trouve une plaque qui atteste de sa construction où l'on peut lire: " RECONNAISSANCE A MARIE REPARATRICE DE SA PROTECTION DURANT LES ANNEES DE GUERRE 1914-1918, HOOGVORST".

    La chapelle Mère de Miséricorde

    Située à l’angle de la Rue du Sablon et de la drève du Château de la Motte, cette chapelle du XVIIIe siècle, semble avoir précédé ou être contemporaine du second château de la Motte, bien que le relevé cadastral de la seigneurie en 1779 ne la mentionne pas.

    Elle faisait autrefois partie des anciennes processions « des malades » et la fête de N.D. du Mont Carmel.

    La pierre bleue, très abîmée, de la niche d’allure baroque, a fait l’objet d’une analyse détaillée d’un spécialiste de l’institut Royal du Patrimoine artistique (Musée du Cinquantenaire).
    L’inscription « Dom. Mère de miséricorde, priez pour nous » était encore visible en 1979 lorsque les jeunes du domaine de la Motte et de Limauges nettoyèrent l’édifice avec l’aide de la Fondation Roi Baudouin.

    La chapelle abritait jusqu’en 1989 une reproduction de la vierge de la Fontaine de Vinâve d’Ile à Liège, créée en 1696 par le sculpteur Jean Del Cour (né à Hamoir).

    Sa position surélevée par rapport aux deux rues ainsi que l’imposant tilleul pluricentenaire l’ont préservée jusqu’ici mais le gel et les pluies acides risquent bien d’avoir raison d’elle.

    La chapelle N.D. Auxiliatrice

    Construite en 1794 en pierre oligiste chaulée.

    La chapelle N.D. de la Motte Voir également les photos

    Cette Chapelle fût érigée par souscription en 1946 dans le but d'abriter la statue de Notre Dame du Mont Carmel, invoquée à Bousval sous le vocable de Notre Dame de La Motte, qui se trouvait dans la chapelle du Château de La Motte.

    Chaque année, le premier dimanche de Juillet (autrefois jour de la fête à La Motte), une messe en plein air est célébrée en présence de la statue, amenée pour l'occasion de la chapelle de Noirhat où elle est conservée durant le reste de l'année.

    Autrefois, une procession avec de nombreux chevaux escortaient la statue au cours de son trajet annuel de Noirhat à La Motte.
    Le soir, une procession aux chandelles était organisée.

    La chapelle N.D. de Lourdes

    Niche pédiculée située au pied de la rue du Try-au-Chêne, elle fut érigée par Séraphin Denis en 1888.

    Elle renferme une statue de Notre Dame de Lourdes placée dans une reproduction de la grotte de Masabieles (Lourdes).

    On s'y arrête lors de la procession Notre Dame du Try-au-Chêne, le lundi de Pentecôte.

    La chapelle N.D. du bon secours

    Niche pédiculée, bâtie en 1937 par l'Abbé Suttor, curé de Bousval, sur les ruines d'une plus ancienne chapelle.

    La Chapelle (du Wez) Ruart

    Cette chapelle à chambre est dédiée à Notre Dame de Montaigu.

    Elle renferme le caveau de la famille d'Helsius de Ways Ruart, Comte de Ways.

    La chapelle Saint-Antoine Wanroux

    En cours de rédaction

    La chapelle Saint-Antoine l’Ermite

    Cette chapelle date de 1839.

    Située à l'angle de la rue des Pierrailles, à côté de l'ancienne ferme Jadoule.

    Elle contient une statue de saint-Antoine l'Ermite et plusieurs céramiques. Rappelons que Saint Antoine l'Ermite (à ne pas confondre avec Saint Antoine de Padoue) est invoqué dans les fermes pour la protection des porcs et l'on plaçait autrefois sa statue au sommet de la porcherie.

    La chapelle Saint-Bernard

    Niche pédiculée en briques chaulées érigée en reconnaissance à Saint Bernard.

    On peut lire sur le fronton: " RECONNAISSANCE A SAINT BERNARD".


    Autrefois, en face de cette chapelle, se trouvait un abreuvoir pour les vaches.
    En venant s'y abreuver, celles-ci étaient donc sous la protection du Saint.

    La chapelle Saint-Hubert

    Située au Point du jour, au carrefour, jadis important, du chemin de Wavre à Nivelles, avec l’actuelle rue du Point du Jour, la chapelle est adossée à un ensemble de bâtiments qui comportaient, au XVIIème siècle, un cabaret et une baraque, eux-mêmes ceinturés par un mur.

    Sur la carte de Ferraris (1771), le mur d’enceinte a déjà disparu et la chapelle s’aligne alors avec une rangée de grands arbres.
    Un vieux tilleul, décrit en 1936, dans le ‘Folklore Brabançon » de PTLefèvre et l’abbé L. Jeandrain, et dont la racine soulevait un angle de la chapelle, tomba lors de la tempête du 25 janvier 1990 (170 km/h) en épargnant miraculeusement la chapelle et la maison.

    Cette chapelle à chambre renferme les statues de Saint Hubert, de la Vierge, de saint Joseph et du Sacré-Coeur.
    Elle constitue le quatrième arrêt du Tour Saint Barthélemy le dernier dimanche d'août.

    La chapelle Sainte-Anne

    Située dans l'angle du porche de la ferme Saint-Martin (1758), cette chapelle à chambre a été érigée en 1878.

    Elle constitue le premier arrêt lors du Tour Saint Barthélemy, le dernier dimanche d'août.

    La chapelle Saint-Roch (Thy)

    Aujourd'hui quasiment disparue, il ne reste que quelques morceaux des pans de mur.

    La chapelle Saint-Roch (Basse-Laloux)

    Petite niche pédiculée située à l'orée du bois et renferme un nombre impressionnant de statues dont Saint Roch.

    La chapelle Saint-Roch (Rue Haute)

    Située devant le cimetière, elle fut construite, à l’origine, en face du n°22 de la Rue Haute suite à l’épidémie de variole qui sévit en 1874.

    Un chirographe la surmonte date 1869 « fuyez les maladies contagieuses ».

    La chapelle fût démolie lors des travaux d’élargissement de la rue en 1955 et reconstruite à côté du cimetière.

    Elle a été restaurée par le Comité Saint Barthélemy et une nouvelle croix a été bénie lors du passage du Tour Saint Barthélemy le 29 août 2004.
    Celle-ci remplace l'ancienne qui était en piteux état.

    La chapelle Saint Roch est le sixième arrêt du Tour Saint Barthélemy.

    La chapelle Saint-Thérèse de l’enfant Jésus

    Chapelle à chambre située à la rue Haute.

    Elle a été érigée en reconnaissance d’une grâce obtenue par les époux Georges Devillers-Lemoine vers 1929.
    Elle contient une grande statue de la Sainte ainsi que plusieurs vases et chandeliers.

    La chapelle Sainte Vierge (Sclage)

    Chapelle à chambre située au Sclage, elle est adossée au pignon de la ferme BAILLIEN (actuellement J. Van Nieuwenhuyse-Baillien).

    Elle contient plusieurs statues de la Vierge, de Saint Roch, Sainte Thérèse, Sainte Catherine et Sainte Rita. Lors des fêtes de la Vierge, elle est généralement ouverte à ce moment.

    La potale de la Franche Taverne

    Niche murale dans le mur de l’habitation située au n° X, Chemin de Wavre.

    Autrefois dédiée à Notre Dame de Hal, elle contient actuellement un groupe de Notre Dame de Lourdes et de Sainte Bernadette Soubirous.

    La chapelle de la Sainte Famille

    Niche pédiculée du XVIIIe S. en briques chaulées située en face du château de Bousval, propriété du châtelain.

    Elle renferme un groupe de la Saint Famille, la Vierge, l'Enfant et Saint Joseph.

    La procession de Notre Dame du Try-au-Chêne s'y arrête chaque année le Lundi de Pentecôte.

    La chapelle Saint-Benoît

    Située derrière le ferme Vermeiren cette chapelle en briques, érigée en l'honneur de Saint Benoît en 1997, contient plusieurs statues : Saint Benoît, Saint Antoine de Padoue, Saint Roch, Saint Donat, Notre Dame de Montaigu et Sainte Thérèse.

    Elle appartient à la famille Huts.

    La chapelle Saint-Antoine de Padoue

    Située à l'angle de la propriété du numéro 4 rue Point du Jour, cette niche pédiculée a été érigée en reconnaissance à Saint Antoine en 1998.

    Le Chemin de Croix du Vendredi Saint s'y arrête ainsi que le Tour Saint Barthélemy.

    La chapelle de l'Enfant Jésus de Prague

    Rue de la Croix, cette niche murale a été réalisée par les époux Denruyter-Antonis en reconnaissance à l'Enfant Jésus de Prague dans les années 1970.

    Elle contient une statue du Saint, de la Vierge et Saint Joseph.

    La chapelle Saint Joseph (Chemin de Thy à saint Donat)

    Cette niche pédiculée érigée au début du 20ème siècle appartient à la famille Goreux-Duran.

    Elle constitue le deuxième arrêt du Tour Saint Barthélemy, elle abrite pour l'occasion la statue de Saint Joseph et deux chandeliers en cuivre qui sont conservés à la ferme des propriétaires.

    La chapelle Sainte Rita (Rue Bruyère Delvigne)

    Cette Chapelle à chambre à été érigée en reconnaissance de la protection obtenue pendant les années de guerre 1940-1945 ; comme en témoigne la pierre scellée au dessus de la porte, par la famille Chaufoureau-Hendrickx.

    Elle contient une grande statue de la Sainte.

    La chapelle Saint Hubert

    Cette chapelle remplace une plus ancienne située quelques 100 mètres plus loin, qui fut démolie dans les années 1950.
    Propriété de la ferme Vermeiren.

    La chapelle Sainte Adèle

    Située rue du Grand Arbre, cette niche triangulaire remplace une chapelle à chambre plus ancienne.

    Cette chapelle était la propriété de la famille de Andrée Polet-Vallons qui sacristine de la paroisse de Bousval.

    La procession Notre Dame du Try au Chêne s'y arrête le Lundi de pentecôte.

    La chapelle Notre Dame de Hal

    Située rue du Château, cette niche murale, propriété de la famille Olbrechts, abritait une statuette de Notre dame de Hal en "Vieux-Bruxelles" qui est aujourd'hui conservée dans l'habitation suite à plusieurs actes de vandalismes.

    La statue fut remplacée par une autre sans valeur.

    La chapelle Notre Dame de Banneux

    Située dans l'angle de la maison 28 rue du Château.

    Cette chapelle abrite une statue de la Vierge de Banneux. Cette chapelle est pourvue d'un éclairage.

    La chapelle Saint Eloi

    Située rue de La Forge, non loin de la Source Saint Barthélemy.

    Cette chapelle d édiée à Saint Eloi patron des forgerons, abrite une statue de la Vierge et un cadre du Saint.

     

    Copyright © 2007-2016 - Les Amis de Bousval asbl - rue du Château 41