Je participe
Dernière édition
Archives
Abonnement
Cotisation
Agenda

Vous organisez une activité publique à Bousval? Faites-le nous savoir.
Nous la publierons dans l'agenda du site.


Dimanche 21/05
Table de jardinage

Dimanche 21/05
Jardin ouvert

Mardi 23/05
Portes ouvertes à l'école communale

Samedi 27/05
Brocante de Noirhat

Lundi 04/06
Messe à la chapelle du Try au Chêne

Samedi 10/06
Fancy fair de l'école communale

Dimanche 11/06
Dimanche ludique

Dimanche 18/06
Table de jardinage

Mercredi 21/06
Collecte de sang

Juillet-août
Stages de vacances

Pour les activités déjà prévues les mois suivants, voir éventuellement sous l'onglet "Agenda" en page d'accueil
Raccourcis
Try-au-Chêne 1608-2008
  • Page principale
  • Concours photo
  •  


    Les anciens fours verriers | Les anciens moulins | Les anciennes forges | Les Sources de Bousval |

    La filature Breuer et l'après | La distillerie Debroux | La papeterie Debroux | Le complexe industriel de

    Noirhat
    | La fonderie Jérôme


    La filature Breuer Voir également Photos

    A Basse-Laloux vers 1835, se trouvaient un laminoir à métaux (fer et plomb), une forge ainsi qu’un cabaret nommé « La cantine de la forge » (n° 90, rue du Château).
    Vers 1840, ces bâtiments repris par Godefroid Huarts et Cie, furent transformés en filature de coton.

    Un étang situé au sud-ouest des bâtiments et un barrage en amont sur la Dyle permettaient d’accumuler une réserve d’eau pour accroître la puissance des roues hydrauliques de l’usine.
    En 1844, l’usine fut modernisée par l’installation d’une machine à vapeur.
    En 1858, cette filature appartenait aux héritiers du notaire Jottrand de Genappe et était exploitée par M. Séraphin Favette.
    En 1859, elle occupait 100 ouvriers pour une production annuelle de 80 tonnes.
    Le 15 juin 1870, Jean-Baptiste Breuer succéda à Séraphin Favette et devient propriétaire de la filature.

    En 1888, un incendie ravagea l’usine mais deux ans plus tard, un bâtiment moderne fut reconstruit.
    Le tissage fut supprimé mais la filature s’agrandit d’une retorderie (le retordement consiste à « tordre » ensemble plusieurs fils afin d’obtenir un fil plus résistant).

    En 1901, au décès de Jean-Baptiste Breuer, son fils Franz et son gendre Arsène Maes prirent la direction de l’usine.
    En 1910, un nouveau bâtiment fut édifié et l’outillage complètement renouvelé.
    La retorderie fut également agrandie de façon à pouvoir travailler parallèlement avec la filature.

    A cette époque, l’usine occupait encore une centaine de personnes réparties en 2 équipes qui se relayaient toutes les 12 heures.
    Deux chariots tractés par un cheval assuraient le ravitaillement de l’usine en coton et en charbon au départ de la gare de Bousval.
    En 1930, ils furent remplacés par un raccordement ferroviaire à la gare de Bousval.
    Après la guerre, l'équipement fut modernisé et en 1955, la filature employait 193 personnes.

    En 1969, la filature cessa ses activitée, les bâtiments furent occupés par diverses entreprises décrites ci-après.

    Prothermac

    En 1992, cette société fut la première à investir les lieux; elle employait alors 30 personnes.
    Active dans le domaine des produits réfractaires elle occupe une partie de ce qui fut jadis les filatures Breuer.

    Peduzzi

    Peu de temps après, la firme Peduzzi vint également s'installer et occuper une partie des bâtiments de l'ancienne filature Breuer.
    Un groupe de bureaux en éléments préfabriqués s'adossait alors à un immense hall des anciennes filatures.
    Ce hall servait d'atelier de fabrication pour une gamme de produits destinés à la signalisation routière.
    En 1995 Peduzzi fut absorbée par la société NIEZEN elle-même active dans le domaine de la commercialisation et la fabrication des produits de signalisation au sens large du terme.
    La production fut alors délocalisée malgré un carnet de commandes bien garni.

    Flowell

    Tout comme Prothermac, la société Flowell est venue occuper, et occupe encore, une partie des bâtiments des filatures Breuer.
    Dans les années 80, face au danger qu'elle pouvait représenter l'immense cheminée qui jouxtait le hall des machines, elle fut partiellement démontée.
    Il reste actuellement un socle d'environ 15 mètres.

    La société Flowell effectue du travail à façon de tubes en aciers inox et spéciaux pour diverses industries (chimiques, pétrolières, nucléaires).

    En savoir plus sur Flowell : http://www.flowell.be/fre/produits

    Vinicole Leloup

    Après le déménagement de la firme Peduzzi, les bâtiments sont restés vides jusqu'à la fin des années 90 quand la S.A. Vinicole Leloup s'y installa.

    Le groupe de bureaux, délabré, fut rasé.
    Dans la foulée, en 2005, une partie des anciens halls fut également démolie pour laisser la place à des entrepôts de stockage fonctionnels et modernes.
    Ces nouveaux bâtiments sont actuellement loués par la S.A. Vinicole Leloup à différentes sociétés à des fins d'entreposage.

    En savoir plus : http://www.vinsleloup.com/

     

    En savoir plus : les personnages dont le nom est cité font l’objet d’une notice dans le « Grand dictionnaire de Genappe », Gaston Braive, Annales historiques des régions de Genappe, Nivelles et Wavre.

     

     

    Copyright © 2007-2016 - Les Amis de Bousval asbl - rue du Château 41