Je participe
Dernière édition
Archives
Abonnement
Cotisation
Agenda

Vous organisez une activité publique à Bousval? Faites-le nous savoir.
Nous la publierons dans l'agenda du site.


Dimanche 27/08 au dimanche 10/09
Exposition "Environnement et histoire"

Dimanche 10/09
Journées du patrimoine

Dimanche 10/09
Dimanche ludique

Dimanche 17/09
Table de jardinage

Mercredi 20/09
Collecte de sang

Dimanche 24/09
Dîner du Comité Tour Saint-Barthélemy

Dimanche 01/10 ou 08/10
Promenade champignons

Vendredi 06/10
Corrida

Dimanche 08/10
Dimanche ludique

Dimanche 15/10
Table de jardinage

Samedi 21/10 et dimanche 22/10
Arrachage des betteraves

Dimanche 29/10
Echange et don de plantes

Pour les activités déjà prévues les mois suivants, voir éventuellement sous l'onglet "Agenda" en page d'accueil
Raccourcis
Try-au-Chêne 1608-2008
  • Page principale
  • Concours photo
  •  


    Châteaux | Fermes | Demeures | Ecoles


     

    La ferme de la Baillerie

    La Baillerie est une ancienne seigneurie de Bousval qui, en 1413, appartenait à Gérard de la Baillerie, dit Gérard Maillefer.

    En 1609, elle fut acquise par Thierry Le Jeune.
    Thierry Le Jeune était capitaine des gardes wallonnes de l'armée de l'archiduc Albert d'Autriche et il participa aux guerres de religion qui, durant la seconde moitié du XVIe siècle, opposèrent les Espagnols catholiques aux Hollandais réformés.  En 1600, lors de la bataille de Nieuport, dite aussi bataille des Dunes, l’archiduc fut blessé et Thierry le conduisit en lieu sûr, lui sauvant ainsi la vie. Cela lui valut une récompense de 2400 livres (80.000 € environ) qui lui permit d’acquérir la propriété de la Baillerie.
    Thierry mourut en 1638 et fut enterré dans la nef gauche de l’église de Bousval, sous une pierre tombale * le représentant aux côtés de sa femme et de son fils Jean.

    En 1679, la famille Cupis de Camargo devint propriétaire de la ferme par le mariage d’une petite-fille de Thierry Le Jeune. Le comte Philippe Norbert Vander Stegen, seigneur de Bousval, la racheta aux Cupis en 1760.
    En 1837, on abattit la vieille tourelle qui menaçait de s’écrouler.
    La famille Van Sweevelt assura l’exploitation en fermage de 1931 à septembre 1940.
    Ensuite, la famille Borremans cultiva la terre jusqu’en 1955, suivie par Franz Adriaenssens puis Firmin Laporte ; en 1970, Lucien Bury reprit la ferme et son fils Daniel lui succéda.
    En 2007, évolution importante : la ferme est vendue à une copropriété composée de 5 ménages.
    L’un d’entre eux perpétue la vocation agricole du bien en y installant un élevage de chèvres ** & *** où l’on fabrique et vend le fromage de manière autonome, durable et écologique ; quatre agriculteurs transforment le lait de chèvre, produisant yaourts et plusieurs variétés de fromages ; la viande est aussi utilisée pour la fabrication de saucisses.
    Un des bâtiments rénovés **** l’a été en respectant les critères de l’habitat passif (première expérience d’une telle rénovation).

    *
    " Art funéraire et épitaphier de l'église Saint-Barthélemy à Bousval", Lecat, Renaud
    **
    http://www.fermedelabaillerie.be
    ***
    « Une ferme pas comme les autres », Christophe Gillot
    ****
    http://www.lehr.be/P-Bousval/FR-Bousval_LEHR.pdf

    La ferme Saint-Martin 

    La ferme Saint-Martin date de 1738.
    Porche en briques coiffé d’une toiture de tuiles en croupe* et percé d’une porte cochère en plein cintre.
    La maison d’habitation à étage est millésimée 1758. Cours rectangulaire. La grange date du XVIIIe siècle, sa porte cochère est encadrée de pierre bleue.
    Etable en briques du XIXe siècle.

      
    Omer Labarre, dernier exploitant, quitte la ferme vers 1962-1963.
    Après avoir connu plusieurs propriétaires successifs, elle appartient maintenant à Mme Christine Volvert qui l’entretient comme un bijou, pour le plus grand plaisir des Bousvaliens et des nombreux passants.

    * Croupe = versant triangulaire de toit qui réunit les deux pans principaux d’un toit à leurs extrémités (réf. Wikipedia)

    En savoir plus :
    - « Les fermes de Bousval », Gaston Braive, pages 283 à 287.
    - « Le patrimoine monumental du Brabant wallon, arrondissement de Nivelles »  page 62

    La ferme de la Motte - Ferme Bordeau

    Ancienne seigneurie de 56 hectares très bien située à côté du moulin de La Motte.
    Rachetée en 1732 par le puissant seigneur de Bousval, Norbert Vander Stegen, elle devint une belle et vaste exploitation agricole.
    En 1845, elle perdit son vieux donjon.
    En 1955, les terres couvraient 100 ha.
    L’activité agricole perdura jusqu’en 1964.
    Elle fut brièvement un home d’accueil pour jeunes puis devint un home pour personnes âgées, désaffecté en 2014.
    Au début du XXe siècle, lors des travaux de drainage, on découvrit en face de la ferme, l’ancien cimetière de la seigneurie.

    En savoir plus : « Les fermes de Bousval », Gaston Braive, pages 215 à 223

    La ferme Baillien

    Vers 1830, l'activité agricole y constituait une occupation accessoire du commerce du bois.
    Une pâture de 25 ares jouxtait les bâtiments qui n'occupaient pas plus de 88 m².
    En 1943, le propriétaire fit reconstruire et agrandir la bâtisse qui acquit ainsi sa forme actuelle.
    Aujourd'hui, cette ferme se consacre à la culture (70 ha) et l’élevage de bétail.
    Elle est maintenant (2015) exploitée par les Van Nieuwenhuyse, père et fils.

    En savoir plus : « Les fermes de Bousval », Gaston Braive, pages 131 à 133

    La ferme Carpentier ou cense de "Lalloux"

    Originellement elle a été édifiée sur une "terre franche" ou "alleu" dont dérive son nom actuel. Elle est également connue sous le nom de "Petite cense de Laloux". Indépendamment de son nom, cette ferme était assez grande.
    Au début du XVIIIe siècle, elle comprenait maison, grange, étables, prés, terres et pâturages d'une superficie d’environ 24 ha.
    De succession en partage, en 1865, le bien est acquis par Gustave Carpentier et son épouse Clotilde Poquette qui exploitent alors les 13 ha de terres avec leurs cinq enfants.
    En 1969, la ferme devient la propriété d'Albert Van Roy et est ensuite reprise par sa fille Bernadette et son gendre Jean-Marie Remy. Cette famille vendit la ferme au début des années 2000.

    En savoir plus : « Les fermes de Bousval », Gaston Braive, pages 206 à 211

    La ferme de Noirhat ou cense de Bégipont

    Ancienne ferme.
    En 1874, 3 personnes y moururent suite à une épidémie de variole ; par mesure de sécurité, on ne pouvait plus ni en sortir ni y entrer. Le ravitaillement se faisait par-dessus le mur.
    La grange fut transformée en chapelle en 1928.

    En savoir plus :« Les fermes de Bousval », Gaston Braive, pages 206 à 211

    La ferme de la Distillerie 1870

    Fondée par la famille De Broux, la ferme était une véritable industrie alimentaire qui fonctionna jusqu’en 1935.
    Cette distillerie agricole valorisait les produits de l’agriculture et avait acquis le quasi-monopole de la vente de la levure ; vers 1931, elle employait 218 ouvriers et ouvrières et ce ne sont pas moins de 14 camionnettes qui effectuaient les livraisons dans tout le pays.

    La ferme Saint-Donat

    La ferme du Wanroux

    La ferme de l’Alfère

    Située au sommet du Sclage, cette ferme fut transformée en habitation entre 1956 et 1971.

    La ferme Van Damme dite aussi Fauconnier

    Située au n° 16 de la rue du Sclage, cette ferme est la plus importante du village.
    A partir de 1940, elle fut exploitée par Ernest Fauconnier et son épouse Armande Dewigne qui perdit une jambe lors du bombardement allemand du premier jour de la guerre, le 10 mai 1940.
    Lucienne, fille d’Ernest et Armande, épousa Daniel Van Damme.
    Leur fils Pierre et sa femme Marylinne Minne sont maintenant (2015) les exploitants-propriétaires de la ferme.

    En savoir plus : « Les fermes de Bousval », Gaston Braive, pages 139 à 140

    La ferme Duran dite aussi Goreux

    Cette ferme a été appelée « Goreux », du nom de la famille qui s’y était installée en 1918, jusqu’à ce que Julie Goreux épouse Urbain Duran.
    Urbain a cédé l’exploitation à son fils Jean-Luc en 1982.

    En savoir plus : « Les fermes de Bousval », Gaston Braive, pages 2 et 3

    La ferme Jadoul

    La ferme de Laloux

    La ferme de Laloux est située sur un promontoire qui accueillait jadis des constructions fortifiées d’où l’on pouvait contrôler le passage sur les nombreux chemins qui y aboutissaient.
    Elle appartenait jadis à la seigneurie de Laloux (XVIIe et XVIIIe s).
    Les bâtiments sont groupés autour d’une cour rectangulaire. On y accède par une grande entrée cochère en plein cintre bâtie en grès.
    En 1955, la ferme était exploitée par M. Duran et couvrait 72 ha ; c’est son fils Paul qui l’exploite actuellement (2015).

    En savoir plus : « Les fermes de Bousval », Gaston Braive, pages 250 à 263

    La ferme Vermeiren (ferme artisanale de Bousval)
    dite aussi « Ferme Theys », ferme de la basse-cour du château de Bousval

    Ferme en quadrilatère.
    Noyau du logis datant du XVIIIe dont l’étage fut ajouté durant la première moitié du XIXe s.
    La grange, datée de 1733, a disparu. 
    Elle est exploitée par la famille Vermeiren depuis 1954.
    Depuis plusieurs années, ses exploitants ont veillé à diversifier leurs productions : beurre, fromages, crème fraîche, fraises, crème glacée (pour laquelle ils ont obtenu un coq de cristal à la Foire de Libramont) ; ils organisent avec succès des stages pour les jeunes dans leur « Ferme pédagogique ».


    En savoir plus :
    - http://www.fermedebousval.be/
    - « Les fermes de Bousval », Gaston Braive, pages 177 à 190

    La ferme Van Roy

    La ferme Van Walleghem

    A proximité du village de Bousval, mais en dehors du territoire de l'ancienne commune :

    La ferme d'Agnissart (sur le territoire de Baisy-Thy)

    Située au sommet de la colline, les premiers bâtiments ont été édifiés au XIIe siècle. La ferme actuelle fut reconstruite en 1783 par les religieuses de l’abbaye d’Aywiers qui la dédièrent à saint Donat.
    Elle est bâtie en briques de Céroux (village voisin) et en pierre de taille contenant de l’oligiste (oxyde de fer qui donne une teinte brunâtre à la pierre).
    Elle comporte un très beau corps de logis sans étage et une vaste grange.
    Le suffixe "sart" de son nom signifie un endroit défriché, essarté entre le XIIe et le XIIIe siècle. En effet, si l'on examine la carte, on remarque que la ferme se trouve au centre d’une vaste clairière entourée de bois. Cette clairière était très probablement pâturée par des moutons qui se satisfaisaient de l’herbe pauvre de ce vallon sablonneux.

    En savoir plus : " La cense d’Hagnisart, ancienne propriété de l’abbaye d’Aywiers ", Gaston Braive,
    Le Lothier roman (cercle d’histoire de Genappe) 1996, N°3.

    Tout savoir sur les fermes : « Les fermes de Bousval », Gaston Braive, CHAPG 2002.

    En savoir plus : les personnages dont le nom est cité font l’objet d’une notice dans le « Grand dictionnaire de Genappe », Gaston Braive,
    Annales historiques des régions de Genappe, Nivelles et Wavre.

     

    Copyright © 2007-2016 - Les Amis de Bousval asbl - rue du Château 41